Prédication disponible en format audio.

Avant de commencer notre retraite en ligne, prenons un moment pour prier le saint de ce jour, saint François-Xavier, patron de notre diocèse, mais aussi co-patron des missions avec Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face. Son grand désir était d’annoncer la Parole de Jésus à ceux qui ne le connaissaient pas encore, notamment aux Comores, en Inde, à Ceylan (maintenant Sri Lanka), puis au Japon. Il aurait voulu aller en Chine, mais il meurt auparavant, le 3 décembre 1552.

Qu’il soit avec nous pour nous aider, tout au long de notre vie, à partager avec ceux que nous rencontrons la joie de l’Évangile par nos actions.

Nous commençons donc aujourd’hui notre cheminement vers Noël sur le thème de la paix, qui nous mènera vers la naissance de Jésus, « le prince de la paix » (Is 9,5). Paix à accueillir, paix à promouvoir …

Mais ne nous trompons pas … ce n’est pas nous qui arrêterons les chars russes ou les drones envoyés sur Gaza … du moins pas directement …

Et ce n’est pas parce que les belligérants cesseront d’en être que les nations, les groupes, ou les peuples seront en paix …

Oh, bien sûr, on peut prier pour que la paix revienne sur terre … On peut même jeûner …

C’est bien … ça ne mange pas de pain … surtout si on jeûne ! Mais ce n’est pas l’essentiel …

Comment parler de paix … pour les autres … alors que soi-même, on n’est pas en paix ?

Vous allez dire : « Moi, ça va, je n’ai pas de problèmes … je ne me bagarre pas avec mon voisin … ni avec mes enfants … ». Oui … sans doutes … mais ne pas se bagarrer ne veut pas dire être en paix …

Et il ne faut pas grand-chose pour que la paix, la quiétude, disparaisse de notre esprit !

Une petite réflexion … anodine … mais qui nous fait mal …

Un peu de jalousie … Pourquoi lui, et pas moi ? J’ai autant de capacités que lui (ou elle …) 

Une contrariété … pour pas grand-chose … mais qui aujourd’hui ne passe pas …

Et des fois, on n’est même pas concerné directement : on s’inquiète pour la santé d’un proche … parce que l’enfant ne trouve pas de travail, ou est au chômage …

Finalement, on a presque l’impression qu’on est plus souvent préoccupé par telle ou telle chose que véritablement en paix …Sauf quand on dort … et encore … !

Le pape Jean XXIII, quand il était préoccupé par une question importante dont il ne trouvait la réponse, avait l’habitude de faire cette prière : « Seigneur, je te laisse le problème, tu vois cela tout seul, moi, je vais dormir », et le lendemain, en se réveillant, la solution lui apparaissait de manière évidente …

Je crois que c’est une bonne manière de faire quand on a l’esprit trop plein de problèmes, quand on sent que cela ne va plus : faire le silence en soi, faire taire nos problèmes, et demander à Dieu de nous aider …
Nous aider … pas de faire à notre place …

Parce que nous aurons toujours quelques choses à faire, mais pour lesquelles on n’est pas toujours prêt, et quelquefois que l’on refuse même de faire …

À commencer par le pardon (si besoin) … pardon à demander … ou à donner … ce qui nécessite d’aller vers l’autre (ou les autres) … et cela est difficile …

Une autre chose aussi : analyser le problème en terme de justice : qu’est-ce qui est juste aux yeux de Dieu ? (et pas en terme de justice humaine) ma position ?… ou celle de l’autre ?… et si c’est celle de l’autre qui est la bonne, je n’ai plus qu’à ôter le problème de mon esprit.

Seigneur Jésus,
Il est difficile de parler de paix, quand on n’est pas soi-même en paix.
Aide-nous à rester en paix, toi qui nous aimes, et qui est venu sur terre pour donner la paix à tous les humains qui sont prêts à la recevoir.

1er dimanche de l’Avent – 3 décembre 2023 – Francis Cousin 

Vous pouvez nous envoyer vos demandes de grâces et intentions de prière en répondant dans l’espace de commentaires. Nous vous invitons aussi à partager cette méditation avec vos amis.

 
 
 
 

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*