Prédication disponible en format audio.

«  Je suis l’Immaculée Conception ».

« Que soy Immaculada Conceptiou 

          « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta Parole. »

 

Nous sommes le soir du 24 mars 1858. Bernadette s’enveloppe de silence, d’absence à l’égard des curieux, qui la négligent de plus en plus.

            Bernadette va partir pour Rome, disait-on à Lourdes le samedi 13 mars.

            C’est vendredi prochain qu’elle y part, et avec un Prêtre, précise-t-on le samedi suivant (20 mars).

            Ce Prêtre est son confesseur, et la veille du départ, jour de l’Annonciation précisément, Bernadette va se rendre à la Grotte.

            Ce soir là, Bernadette se couche à la nuit tombante, comme d’ordinaire, un peu fatiguée seulement. Et voici qu’en pleine nuit, Bernadette se réveille, mais non pas d’oppression comme dans les crises d’asthme. Cette fois, c’est la joie, une joie vite reconnue. Elle se sent pressée d’aller à la Grotte… 

            Avant quatre heures, elle s’est réveillée, s’habille à tâtons dans la nuit, guette les premiers symptômes du réveil familial

            – Il faut que j’aille à la Grotte. Dépêchez-vous si vous voulez m’accompagner.

            – Mais, voyons, cela te ferait du mal…  Tu n’es pas assez malade comme cela !  Lui dit sa mère.

            – Je suis guérie maintenant.

            – Attends ce soir qu’il fasse soleil !

            – Non, il faut que j’y aille, et vite

            Le groupe de fervent qui se presse autour de Bernadette trouve sa part de joie.

Enfin, elle s’avance à l’intérieur de la Grotte –  sous la fameuse cavité.

            ‘Aquero’, qui veut dire : ‘Cela’, lui a fait signe et Bernadette la retrouve, plus bas, plus près. Elle prend confiance. Depuis que l’attrait s’est manifesté, son grand souci, c’est cette réponse à obtenir, pour Mr le Curé. Là sous la cavité, tout devient facile. Durant les trois semaines d’absence, elle a tourné et retourné dans sa tête une belle phrase, cérémonieuse comme une révérence, qu’on lui a en partie conseillée :

Mademisello, boulet aoué  la bountat de me disé que es, s’il bou plait ?   (Patois Lourdais)

Mademoiselle, voulez-vous avoir la bonté de me dire qui vous êtes, s’il vous plaît ?

            Mais la « belle phrase » est trop compliquée. Bernadette s’embrouille, trébuche, et dit volonté (boulentat)  au lieu de bonté (bountat) : deux mots qu’elle ne sait pas bien distinguer. Le plus long lui a paru le plus poli.

            La « demoiselle » de lumière sourit encore. Se moquerait-elle comme dit Mr. Le Curé ? Non… Il y a tant de gentillesse et de bonté dans son regard. Il faut recommencer. Elle supplie encore et encore… Silence toujours..  Mais Bernadette est décidée ; rien ne l’arrêtera plus. Elle répètera dix fois s’il le faut… puisque la « demoiselle » ne se fâche pas.

Pas besoin d’aller jusque-là. A la quatrième fois, ‘Aquero’, ‘Cela’, ne rit plus. Elle vient de passer son chapelet au bras droit. D’un mouvement, elle joint maintenant les mains à la hauteur de la poitrine, lève les yeux au Ciel et dit :

            –  Que soy era Immaculada Concepciou.

            – Je suis l’Immaculée Conception.

            Bernadette n’entre pas en spéculation. Longtemps, elle n’a même pas su nommer l’apparition : ‘Aquero’, « Cela », comme elle disait. Et pourtant, ‘cela’ lui suffisait à elle.

            Nous voyons bien que la Vierge Marie parle le patois Lourdais  comme Bernadette, qui s’aperçoit soudain que ces mots jamais entendus sont en réalité difficiles, compliqués et qu’elle ne les comprend même pas, le second surtout.

            Comment est-ce donc ? Coun-chet-siou.. .  Coun-chet-siou ?  Elle sent qu’elle va perdre sa « commission », d’autant qu’il y en a une autre aujourd’hui. Aquero Immaculada veut toujours la chapelle.

            Vite, il faut échapper, se recueillir. Bernadette prend sa course vers le presbytère en répétant tous bas :

« Immaculada Coun… chet… siou,  Immaculada Coun… chet… siou »

Elle pousse la porte, jette sa commission à la tête de M. le Curé, d’un coup, presque à tue-tête:

Que soy era Immaculada Conchetsiou !

– « Je suis l’Immaculée Conception ».

Cette fois, Mr le Curé s’est repris. Les mots sortent, drus et bourrus.

            Une dame ne peut pas porter ce nom-là !

            Il bat le rappel de sa Théologie, les articles lus il y a quatre ans, lors de la définition du dogme, ses sermons du 8 décembre : Voyons, la Vierge est conçue sans péché… Sa conception est Immaculée…  Mais comment peut-on dire qu’elle est sa conception ?

            Le Curé attaque :

            Tu me trompes ! Tu sais ce que ça veut dire ?

            Bernadette remue la tête piteusement.

            Alors, comment  peux-tu dire, si tu n’as pas compris ?

            J’ai répété tout le long du chemin.

 

L’arme de son autorité l’abandonne. Du fond de son cœur, et de sa poitrine, une marée s’est soulevée qui le submerge comme lorsqu’il était enfant. Ce qui monte, ce sont des sanglots.

            – Elle veut toujours la Chapelle, murmure Bernadette dans le temps de silence.

            Il concentre ses forces pour lancer une dernière phrase qui sauve la face :

            Rentre chez toi. Je te verrai un autre jour.

            Bernadette repart toute décontenancée. « Si Mr le Curé ne sait pas, qui saura ? »

 

Le 18 janvier 1862, l’Évêque de Tarbes proclamait :

« Nous jugeons que l’Immaculée Marie Mère de Dieu a réellement apparu à Bernadette SOUBIROUS…, que cette Apparition revêt tous les caractères de la vérité et que les fidèles sont fondés à la croire certaine ? »

L’enquête avait duré plus de quatre années.

 

Un demi-siècle après le jugement de Mgr LAURENCE, le Pape Pie XI béatifiait Bernadette, le 14 juin 1925 ; et le 8 décembre 1933, il l’inscrivait au nombre des Saints. Le Pape Pie XII, dans une encyclique du 2 juillet 1957, invitait à faire du pèlerinage de Lourdes « un effort collectif de renouveau chrétien de la société, en réponse à l’appel de Marie ».

 

Témoin de l’attention privilégiée de Dieu pour les pauvres et les pécheurs, Bernadette est Là, au milieu de nous : Comme une Présence, un appel, une Espérance.

            Elle ne cesse de leur dire et de nous dire : « Dieu est notre Père, Il a pour chacun de nous une Tendresse Infinie… »

 

 

Méditons avec Sainte Bernadette.

 

« Le jour de Pâques, après le déjeuner, nous montâmes quelques-unes, pour la voir : Elle nous dit dans sa simplicité naturelle :

– « Ce matin, après la Sainte Communion, j’ai demandé à Notre-Seigneur cinq minutes de répit pour pouvoir lui parler à mon aise, mais il n’a pas voulu me les donner (car elle toussait continuellement). Je vois bien… que ma Passion ne finira qu’au moment de ma mort ».

Elle eut jusqu’au bout des réparties pour amuser les personnes qui venaient la voir. »

                                                                                               Sœur Saint Cyr JOLLET.

 

Notre Dame de Lourdes, priez pour nous.

Sainte Bernadette, priez pour  chacun de nous, pour notre Diocèse

                                               et  pour notre Ile de la RÉUNION. AMEN

 

Bonne méditation et  une belle Fête de L’IMMACULÉE CONCEPTTION  à tous.

BONNE  FÊTE, MAMAN MARIE !

                        Lourdes, manuel des Pèlerins, TARDY 

Mardi 8 décembre, Chemin de l’Avent – Noéline FOURNIER, laïc.

Vous pouvez nous envoyer vos demandes de grâces et intentions de prière en répondant dans l’espace de commentaires. Elles seront recueillies et portées en intention à la messe du weekend à la Cathédrale de Saint Denis. Nous vous invitons aussi à partager cette méditation avec vos amis.

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*