Prédication disponible en format audio.

Il y a les guérisons physiques miraculeuses. Les boiteux marchent ; les aveugles voient. La souffrance physique et psychologique disparaît dans le miracle.

Il y a aussi et surtout le miracle de la foi. D’ailleurs, Jésus n’agit pas en guérisseur. Il guérit les malades pour qu’ils croient en Dieu qui l’a envoyé. Le miracle renvoie au mystère de Jésus et au Salut qu’il apporte. Les miracles de Jésus ne se déroulent pas de manière magique mais en lien avec sa prédication de la venue du Royaume de Dieu. Le miracle conduit à la conversion. Les malades guéris découvrent la miséricorde de Dieu manifestée en Jésus. Le miracle dont ils bénéficient fait d’eux des témoins de Jésus Sauveur pour tous les hommes.

Le pape François vient d’instituer « le Dimanche de la Parole de Dieu[1] » qui aura lieu le 3e dimanche du Temps ordinaire, en 2020, ce sera le 26 janvier. Il a choisi la mémoire liturgique de saint Jérôme (350-419), traducteur et commentateur de la Bible, pour mettre en lumière la Parole de Dieu révélée aux hommes : « Ignorer les Écritures, c’est ignorer le Christ », enseignait-il.

Origine surnaturelle des Saintes Écritures

Jean Guitton (†1999)[2], philosophe, membre de l’Académie française, invité par le saint pape Paul VI au concile Vatican II, me disait lors d’un entretien à Paris sur le père Lagrange : « Nos contemporains ne croient pas en la dimension surnaturelle de la Bible ; c’est pourquoi il convient de mettre sur les autels le père Marie-Joseph Lagrange, le fondateur de l’École biblique de Jérusalem, pour relier la foi et la science. » Disciple du père Lagrange à Jérusalem, Jean Guitton vénérait la figure de ce maître en exégèse.

Le cardinal Carlo Maria Martini (†2012), exégète et grand apôtre de la lectio divina, souhaitait aussi la béatification du père Lagrange, dont « la prière était feu », de manière à relier le renouveau de l’exégèse catholique au XIXe siècle avec la sainteté.

Le pape François cite l’Évangile de saint Luc[3] pour montrer que les disciples ont eu besoin que Jésus ouvre leur esprit à l’intelligence des Écritures. Jésus, qui avait ouvert les oreilles des sourds et les yeux des aveugles, ouvre l’esprit fermé des disciples, afin qu’ils reçoivent la lumière de la Révélation divine transmise par les Saintes Écritures. Il s’agit d’un miracle encore plus grand que les guérisons physiques. La présence de Jésus ressuscité ne suffit pas. Les disciples, déconcertés et apeurés après le Vendredi saint, ont besoin de recevoir le sens des événements par la catéchèse de Jésus qui a accompli les prophéties de l’Ancien Testament dans sa mort et dans sa résurrection : « en son Nom, le repentir en vue de la rémission des péchés serait proclamé à toutes les nations, à commencer par Jérusalem[4] ».

Jésus, l’exégète du Père, est venu expliquer le mystère de Dieu. Le Prologue de l’Évangile selon saint Jean utilise le mot grec[5] qui a donné en français « exégèse » pour manifester l’œuvre du Fils de Dieu qui par sa prédication « fait voir » et comprendre l’amour du Père que personne n’a jamais vu. Les explications de Jésus s’avèrent indispensables pour enraciner la Parole de Dieu dans les cœurs, autrement le diable parviendrait à arracher cette semence de vie divine restée à la surface[6].

Sorti vivant du tombeau, Jésus rappelle aux disciples le sens de la croix et de la Passion. La croix devient la clé qui déverrouille les mystères fermés de l’existence humaine frappée par la souffrance, l’injustice, le mal et le malin. Le récit des disciples d’Emmaüs converge vers cette phrase de Jésus : « Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa gloire ? [7] ». Pour entrer dans la gloire de la résurrection il n’y a qu’un seul chemin, le chemin de la croix. Saint Jean de la Croix (†1591), le grand mystique espagnol, faisait remarquer que nombreux sont ceux qui veulent arriver dans la gloire de Dieu en évitant les souffrances. Un proverbe canadien dit le même message d’une autre manière : « Tous veulent aller au paradis mais personne ne veut mourir. »

Prière : Seigneur Jésus, viens guérir nos corps et nos âmes par ta Parole de Vérité qui purifie nos cœurs afin que nous croyions à l’appel à la conversion proclamé par Jean le Baptiste et au Salut offert par Jésus lui-même.

Mercredi de la première semaine de l’avent – 04 décembre 2019 – Frère Manuel Rivero, Op.

[1] Pape François, Lettre apostolique « Aperuit illis » du lundi 30 septembre 2019 en forme de « Motu proprio »,

[2] Voir aussi Jean Guitton, Portrait du père Lagrange. Celui qui a réconcilié la science et la foi. Paris, Éditions Robert Laffont, 1992.

[3] [3] Pape François, Lettre apostolique « Aperuit illis », n°1. Cf. Évangile selon saint Luc 24, 45.

[4] Cf. Évangile selon saint Luc 24, 48.

[5] Évangile selon saint Jean 1, 18. 

[6] Cf. Évangile selon saint Matthieu 13, 19.

[7] Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 24, 26.

 

Vous pouvez nous envoyer vos demandes de grâces et intentions de prière en répondant dans l’espace de commentaires. Elles seront recueillies et portées en intention à la messe du weekend à la Cathédrale de Saint Denis. Nous vous invitons aussi à partager cette méditation avec vos amis.

1 Commentaire, RSS

  • clain marie jo

    dit le:
    décembre 4, 2019 at 1:52

    messe en l’honneur de notre-dame de l’Immaculee conception,pour l’anniversaire de mon fils Frédéric et de soeur Gilberte pour toute ma famille .pour les 25 ans du jubilé de soeur Myriam.

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*