Prédication disponible en format audio.

Sur notre chemin de carême, nous voilà en route vers le dimanche des rameaux. Un dimanche qui dans le calendrier liturgique chrétien précède le dimanche de Pâques et qui marque l’entrée dans la semaine sainte. Sur Wikipedia, nous pouvons lire que c’est un dimanche qui commémore deux événements. D’une part, il marque l’entrée solennelle de Jésus à Jérusalem, où la foule va acclamer le Roi de Gloire agitant des palmes et déposant des manteaux sur son passage. Un événement narré par les quatre Évangiles. Et d’autre part, la Passion du Christ et sa mort sur la croix. Effectivement, peu de jour après cette entrée triomphante, ce Roi de Gloire sera jugé et condamné par un tribunal, par des hommes. Quel changement de situation en si peu de temps. Jésus, vrai homme et vrai Dieu, se soumet à la volonté de son père, de notre père à tous. « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. ». (Luc 9, 22).

Dans l’Evangile de ce jour, nous pouvons lire : « Je Suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. » (Jn 8, 12). Le passage commence par l’une des expressions « Je Suis » que Jean attribue à Jésus. Elles sont destinées à évoquer la réponse que Dieu donna à Moïse lorsqu’il demanda le nom de Dieu : « Je Suis le Dieu de tes pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. » (Ac 7, 32). Ensuite Moïse est invité à dire aux Israélites : « Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : ”Je Suis”» (Ex 3: 13-14). En utilisant cette expression ”Je suis”, Jésus suggère ainsi qu’il partage l’identité propre à Dieu…

Le monde, l’univers tout entier, a besoin de la lumière. Jésus, est venu nous l’apporter, faisant de sa vie un phare au milieu de nos ténèbres humaines.  En disant “Je suis”, Jésus pose son existence parmi les hommes, au milieu d’eux et non en dehors, une existence qui révèle Dieu. Jésus nous invite à entrer en sa présence, à nous inscrire dans le présent d’une adresse directe, d’une “inter-locution vive” et à y engager nos propres voix. Nous sommes appelés à devenir partenaires de “Je suis”, après avoir été interloqués par tant d’audace. Par l’affirmation “Je suis”, c’est comme si Dieu disait : “Me voici”. En sa personne, Jésus nous donne à voir Dieu, à connaître Dieu. La foi chrétienne n’est pas d’abord dans une doctrine mais dans une personne, Jésus Christ. Par l’intermédiaire de cette personne, Jésus-Christ, nous entrons dans le mystère de Dieu.

Souvent, nous avons du mal à croire à l’affirmation « Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. ». Ce sont ces moments où nous qui cherchons à suivre le Christ, nous nous trouvons attaqués, persécutés, déroutés et même seuls. Mettons-nous un moment à la place de la vierge Marie, face aux situations où elle ne comprenait pas d’une manière claire les chemins de Dieu. Il y a eu la naissance de Jésus dans une étable, le meurtre de tous les enfants de moins de deux ans dans la région de Bethléem, ordonné par Hérode, la fuite en Egypte, la disparition de Jésus qui fut retrouvé au temple parmi les docteurs de la loi au bout de trois jours, la trahison de Judas livrant le Christ, l’arrestation, la flagellation, la crucifixion et la mort de son fils. Saint Jean de la Croix nous dit que c’est précisément dans cette obscurité que la lumière de la foi en Dieu l’a guidé « plus sûrement que le soleil de midi ».

C’est la lumière de la foi en Dieu, que nous ne voyons pas, qui nous permet d’aimer ceux que nous voyons, nos frères et nos sœurs. C’est cette lumière de la foi qui nous permet de sentir la présence divine et humaine de notre Seigneur dans le Saint Sacrement, de trouver l’image de Dieu en chacun de nous dès notre conception et jusqu’à la fin de notre vie terrestre.

En ce temps de carême, je vous invite à prier le père d’augmenter en nous la foi, la foi vraie, profonde et agissante qui transforme toute notre vie.

Méditations Carême 2019 – Lundi 8 avril 2019 – Erick Bernon, laïc.

Vous pouvez nous envoyer vos demandes de grâces et intentions de prière en répondant dans l’espace de commentaires. Elles seront recueillies et portées en intention à la messe du weekend à la Cathédrale de Saint Denis. Nous vous invitons aussi à partager cette méditation avec vos amis.

1 Commentaire, RSS

  • Marie

    dit le:
    avril 9, 2019 at 3:24

    INTENTION DE MESSE: SEIGNEUR pose ton regard d’amour sur mon couple qui se déchire à cause de l’alcoolisme de mon mari. Pour la conversion de mes enfants et petits enfants.

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*