Prédication disponible en format audio.

Dans la première lettre de Saint Pierre Apôtre (chapitre 2 verset 9), il nous est dit «Mais vous, vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple destiné au salut, pour que vous annonciez les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière.»

Une Nation Sainte liée par notre foi dans les enseignements de Jésus. Une Nation de cœur sans filiation directe à un peuple unique et souverain. Même si les bergers étaient considérés à l’époque comme des marginaux voir des parias, les anges les ont invités d’abord à venir adorer Jésus dans sa mangeoire. Ensuite, comme prophétisé par Isaïe (chapitre 60 verset 3)
         « Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore ».
Voici que des mages sont à la recherche d’un enfant roi, le Christ. Cette annonce bouleverse le peuple car elle lui apporte l’espérance d’un monde meilleur (un peu comme dans la chanson du même titre de KeenV). Elle met dans l’émoi l’adversaire qui, aspiré par la spirale de la peur, projette déjà des plans d’attaque face à l’innocence d’un nouveau né.
Une des questions résultantes à ce message est de se demander si nous même, nous ne portons pas ces deux situations en nous. Arrivons-nous à prier uniquement pour une bienveillance cosmopolite, en laissant à Dieu le soin de s’occuper de nous ? N’avons-nous pas préparé un entretien en ressassant une hypothétique ou une vieille frustration ? Vous qui avez fait le premier pas en écoutant les méditations proposées, vous êtes sans aucun doute en chemin. En ce temps de Noël, considérons le souhait récent d’une Grande Dame nous invitant à :                         
                       « offrir nos cœurs afin qu’ils deviennent l’étable de Bethléem ».

 Il est évident qu’il va falloir prendre de nombreux virages, monter et descendre de nombreuses montagnes, éviter les ravines et les fleuves. Il sera surement nécessaire d’alléger notre fardeau matériel et mental. Alors, n’hésitons pas à partager et à polir la perle de la confession. Car même si nous ne sommes jamais seul, s’attacher à Dieu par l’intermédiaire de ses prêtres ne peut qu’affermir notre oui à la spiritualité. Quelle joie serait de devenir Oasis de Paix en laissant entrer l’amour dans nos cœurs et nos maisons afin de participer à notre manière au plan de Dieu. Ce 1er janvier à l’occasion de la journée mondiale de la Paix, le pape François nous demande entre autre : « de nous laisser changer le cœur par l’urgence que nous avons vécue, c’est-à-dire permettre à Dieu, à travers ce moment historique, de transformer nos critères habituels d’interprétation du monde et de la réalité. Nous ne pouvons plus penser seulement à préserver l’espace de nos intérêts personnels ou nationaux, mais nous devons penser à la lumière du bien commun, avec un sens communautaire c’est-à-dire comme un « nous » ouvert à la fraternité universelle. Nous ne pouvons pas continuer à nous protéger seulement nous-mêmes, mais il est temps de nous engager tous pour guérir notre société et notre planète, en créant les bases d’un monde plus juste et plus pacifique, effectivement engagé dans la poursuite d’un bien qui soit vraiment commun. »

Cela semble déjà être le cas dans notre chère ile de la Réunion où les anciens et les différents acteurs locaux ont su créer un dialogue fertile à l’harmonie entre les différentes communautés. A notre charge maintenant d’entretenir ce terreau face à l’individualisme planétaire paradoxalement véhiculé par les outils de communication modernes. Saint Paul dans sa lettre aux Ephésiens nous avait déjà annoncé « Il est maintenant révélé que les nations sont associées au même héritage, au partage de la même promesse. » (Ep 3, 1-3a.5-6).

Ensemble prions

Que l’étranger de peuple ou de confession soit perçu comme une grâce offerte permettant le dialogue et la créativité nécessaire au bien commun.

Amen

Fête de l’Epiphanie – 8 janvier 2022 – Laurent, Fraternité Lataste.

 
 

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*