Prédication disponible en format audio.

Dans la première lecture Ac 3,11-26 Saint Pierre interpelle le peuple.

J’ai été fortement surpris par le ton employé par Pierre, le traitre le plus attachant de l’histoire de l’Eglise. Il est très accablant pour la foule : « Vous l’avez renié » dit deux fois, « vous l’aviez livré », « vous avez tué le Prince de la vie ». Il semble qu’à cette époque, la technique pastorale appelée « mur en pleine figure » était plus avisée que la délicatesse à la François.

Cependant, il n’y a aucune condamnation dans les paroles de Pierre. Aucun orgueil. Bien sûr il ne se vante pas d’avoir renié le Christ trois fois la nuit même où il lui jure solennellement allégeance… Mais là n’est pas le propos. Il est clairement dans la Vérité quand il annonce dès le début du texte, qu’il n’a pas à s’enorgueillir ni s’étonner de guérir un paralysé en prononçant une phrase. Qu’il n’est pas responsable de ça. Pierre n’est aucunement là en train de tenir le procès du peuple pour son maître crucifié. « D’ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l’ignorance, vous et vos chefs. »

Il annonce la Vérité qui sauve : « Tout repose sur la foi dans le nom de Jésus Christ », « Convertissez-vous donc et tournez-vous vers Dieu pour que vos péchés soient effacés. », « C’est pour vous d’abord que Dieu a suscité son Serviteur, et il l’a envoyé vous bénir, pourvu que chacun de vous se détourne de sa méchanceté. »

Notre foi nous met dans une position sensée nous libérer de toute susceptibilité face à la vérité de nos misères. Ce n’est qu’en Vérité que nous pouvons accueillir le Salut gratuit du Christ. « En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne lui soient reprochées ; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient reconnues comme des œuvres de Dieu » Jn 3 18-21.

C’est exactement les mêmes dispositions d’esprit que Pierre a dans le texte. Il ne se s’enorgueillit pas des actions puissantes que Dieu fait à travers lui, il sait qu’il reçoit tout du Christ. Il ne condamne pas non plus. Il s’agit de se tenir en pleine lumière et d’accepter que la perfection ne soit pas de ce monde pour nous. Que nous sommes d’indécrottables pécheurs. Ro 7,19 « Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas. » Il s’agit de nous recevoir pleinement de Jésus, sans nous condamner nous-même, mais sans souffrir la vérité de notre condition. Nous avons besoin de Dieu. Nous avons infiniment besoin de lui sinon nous sommes perdus.

Tournés vers Jésus nous sommes libre de toute condamnation puisqu’il nous a racheté. Mais marcher avec Jésus implique de marcher en pleine lumière et d’accepter que nos faiblesses soient exposées parce que nous nous recevons de lui.

Prions :

Seigneur,

Apprends-nous à accepter avec courage les corrections fraternelles,

Qu’elles nous paraissent justes ou injustes,

apprends-nous à rester humble devant la vérité de nos frères et sœur

et les petites victoires qui nous viennent toutes de toi.

Accorde-nous la grâce de laisser reposer nos cœurs en toi afin qu’aucune peur, aucune condamnation ne vienne troubler notre paix.

Amen

Gabriel Chevillard, laïc.

 

1 Commentaire, RSS

  • Musnier ambroise

    dit le:
    mai 5, 2017 at 2:20

    Votre site remplit d’enthousiasme ! Très belle méditation qui prépare pâques ! Pensons à celui qui s’est donné pour nous

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*