Prédication disponible en format audio.

« Appelé à veiller sur le Rédempteur », nous dit Jean Paul II, je désire proposer à votre méditation, chez Frères et Sœurs, quelques réflexions sur celui à qui Dieu « confia la garde de ses trésors les plus précieux ».

            Ainsi, non seulement le peuple chrétien tout entier recourra avec plus de ferveur à Saint Joseph et invoquera avec confiance son patronage, mais il aura sous les yeux sa manière humble et sage de servir et de « participer » à l’économie du Salut.

 

Joseph assume la paternité légale de Jésus.

 

            « L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, à une jeune fille accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David ; cette jeune fille s’appelait Marie » (Lc 1, 26-27)

            La nature de ce « mariage » est expliquée indirectement lorsque Marie, après avoir entendu ce que le messager avait dit de la naissance d’un fils, demande :

« Comment cela se fera-t-il puisque je suis vierge » (Lc 1,34) ?

Alors lui parvient cette réponse : « L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance  du Très-Haut te couvrira de son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint et sera appelé Fils de Dieu » (Lc 1, 35)

            Si, avant le mariage avec Joseph, Marie « se trouva enceinte par le fait de l’Esprit Saint », ce fait correspond à tout ce que comporte l’Annonciation, en particulier aux dernières paroles prononcées par Marie : « Que tout se passe pour moi comme tu l’as dit » (Lc 1, 38).

          Répondant au clair dessein de Dieu, Marie, au fur et à mesure que s’écoulent les jours et les semaines, se présente devant les gens et devant Joseph comme « enceinte », comme celle qui doit enfanter et qui porte en elle le mystère de la maternité.

            En de telles circonstances, « Joseph, son époux, qui était un homme juste et ne voulait pas la dénoncer publiquement, résolut de la répudier secrètement » (Mt. 1,19). Il  ne savait pas quelle attitude adopter devant cette « étonnante » maternité de Marie.  Il cherchait évidemment une réponse à la question qui l’inquiétait, mais surtout il cherchait une issue à cette situation difficile pour lui.

Alors qu’il avait formé ce projet, voici que l’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi, Marie, ton épouse : Ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit-Saint et elle enfantera un fils auquel tu donneras le nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Mt. 1, 20-21)

 

            Le messager divin introduit Joseph dans le mystère de la maternité de Marie. Celle qui est son « épouse » selon la loi, tout en restant vierge, est devenue mère par le fait de l’Esprit-Saint. Et quand le Fils que Marie porte en son sein viendra au monde, il devra recevoir le nom de Jésus. C’était là un nom connu parmi les Israélites, et on le donnait parfois aux enfants. Mais ici il s’agit du Fils qui  – selon la promesse divine – accomplira pleinement la signification de ce nom : Jésus,  Yehosua’, qui veut dire « Dieu sauve ».

            Le messager s’adresse à Joseph en tant qu’ « époux de Marie », celui qui, le moment venu, devra donner ce nom au Fils qui naîtra de la Vierge de Nazareth qui l’a épousé. Il s’adresse donc à Joseph en lui confiant les devoirs d’un père terrestre à l’égard du Fils de Marie.

            A son réveil, Joseph fit ce que l’Ange du Seigneur lui avait prescrit : « Il prit chez lui son épouse » (Mt. 1,24). Il la prit avec tout le mystère de sa maternité, il la prit avec le Fils qui devait venir au monde par le fait de l’Esprit Saint : Il manifesta ainsi une disponibilité de volonté semblable à celle de Marie à l’égard de ce que Dieu lui demandait par son messager.

Que Saint Joseph obtienne à l’Église et au monde, comme à chacun de nous, la bénédiction du Père et du Fils et du Saint Esprit !

 

PRIONS :

            A notre Père Saint Joseph, une prière de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.

Joseph, votre admirable vie

s’est passée dans la pauvreté,

Mais, de Jésus et de Marie

vous contempliez la beauté.

Saint Joseph, veille sur nous et sur notre Diocèse !

Amen

Méditation du Jeudi 25 février 2021 – Noëline Fournier, laïc

Vous pouvez nous envoyer vos demandes de grâces et intentions de prière en répondant dans l’espace de commentaires. Elles seront recueillies et portées en intention à la messe du weekend à la Cathédrale de Saint Denis. Nous vous invitons aussi à partager cette méditation avec vos amis.

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*