Prédication disponible en format audio.

Pourquoi prier l’Angelus trois fois par jour en reprenant les paroles de l’ange Gabriel à la Vierge Marie à l’Annonciation si ce n’est pour se tenir éveillé devant Dieu ?

Premier disciple de son Fils Jésus, Marie se tient présente à Dieu qui vient à sa rencontre. Aussi est-elle notre modèle de foi en ce temps de l’Avent. Par son écoute attentive et intense des paroles de l’envoyé de Dieu, Gabriel, Marie accueille le Fils de Dieu d’abord dans son cœur par sa foi et ensuite dans son sein par l’action de l’Esprit Saint.

Pour la première fois dans l’histoire, un archange, Gabriel s’incline devant une personne humaine pour la saluer : « Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi » (Évangile selon saint Luc 1, 28). Un esprit pur vénère une créature humaine car Marie surpasse les anges et les archanges par sa plénitude de grâce, par sa familiarité avec Dieu et par sa dignité de Mère de Dieu.

Saint Thomas d’Aquin enseigne que « la bienheureuse Vierge Marie jouit d’une intimité plus grande avec Dieu que la créature angélique[1] ».

Les Pères de l’Église comme saint Irénée de Lyon et saint Thomas à leur suite présentent la Vierge Marie comme la nouvelle Ève mais aux antipodes du comportement de la première femme.

Ève chercha à devenir comme dieu sans Dieu et elle ne trouva que déception, solitude et honte. Son désir, loin d’être satisfait, l’éloigna de Dieu et l’opposa à Adam. Au lieu d’atteindre la divinisation et la liberté, elle tomba dans la déchéance humaine et spirituelle.

En revanche, la Vierge Marie, par sa foi en les paroles de l’ange Gabriel trouva en Jésus, le fruit de son sein, la plénitude de la Vie, pour elle et pour tout le genre humain. Marie trouva en Jésus tout ce qu’Ève avait désiré dans son orgueil et dans sa défiance.

La divinisation est un don de Dieu reçu avec la foi. Qu’est-ce que la divinisation ? La divinisation est le partage de la vie de Dieu qui est Amour. La divinisation nous façonne dans la ressemblance de Dieu en remplissant notre âme de l’Esprit Saint.

Par l’obéissance, Marie reçut le don de la ressemblance avec Dieu alors qu’Ève le perdit en obéissant aux propos mensongers du diable, menteur et père du mensonge.

En prenant le fruit de l’arbre interdit, Ève goûta l’amertume du péché. La Vierge Marie, au contraire, savoura la douceur de Dieu dans le fruit béni de son sein, Jésus le Christ.

Ève devint cause de malédiction pour le genre humain. Marie apporta la bénédiction du fruit de ses entrailles, Jésus. Ève fut expulsée du Paradis. Marie, par sa foi, ouvrit la porte du Royaume des cieux en nous donnant son Fils : «Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis par toute sorte de bénédiction spirituelles, aux cieux, dans le Christ » (Épître aux Éphésiens 1, 3).

La Vierge Marie, figure de l’Église, montre le chemin de la divinisation voulue par Dieu pour tout le genre humain : « Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme » (Évangile selon saint Luc 21, 34-36).

« Réjouis-toi, Église, bénie de Dieu ».

Ô chrétien, ne laisse pas la cupidité et  l’ivresse recouvrir ton cœur de ronces alors que Dieu veut te couronner de gloire et d’honneur.

Ô chrétien, reconnais ta dignité ; pour toi, Dieu s’est fait homme afin que tu partages son Amour.

Fr. Manuel Rivero O.P.

Dominicains. Cathédrale de Saint-Denis (La Réunion).

[1] Saint Thomas d’Aquin, Commentaire à l’Ave Maria, n° 11. In Le Pater et l’Ave, introduction et traduction par un moine de Fontgombault. Collection Docteur Commun. Nouvelles Éditions Latines. 1967.

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*