Prédication disponible en format audio.

« Le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : C’est le Seigneur ! »

Jésus nous aime tous, et nous sommes tous tantôt Pierre, tantôt Thomas parce que la vie dans la foi demande d’être sans cesse purifiée, afin de nous introduire, par Jésus devenu Signe par excellence, dans les profondeurs de la Vie de Dieu.

          Si Thomas n’aimait pas Jésus, jamais il ne dirait : « Je ne croirai pas si je ne vois pas, si je ne touche la marque des clous ». Il a du mal à croire que Jésus est Vivant.

Nous aussi, nous sommes comme eux, nous disons que nous aimons Jésus quand tout va bien, mais quand nous sommes sous le poids du mal et de la souffrance, nous avons du mal à accepter la foi.

Alors, comment peut-on condamner tant d’hommes, scandalisés des misères de l’Eglise et qui la rejettent pour ses faiblesses ? Comme Thomas et Pierre, ils la voudraient triomphante. Ils se trompent sur la manière, ils n’ont pas encore reconnu le Fils de Dieu dans l’humiliation qu’il accepte pour être avec nous ; un voile est encore sur leurs yeux. Il n’y a pas de doute pourtant que c’est Lui qu’ils cherchent et que, comme les pèlerins d’Emmaüs, dans leur désespoir même, ils ne parlent que de Lui.

 Ne soyons pas plus pressés que Jésus. Dans l’attente, découvrons la tendresse du Maître qui, à son heure, se manifestera à eux.

Jésus seul peut percer ce mur de l’impossible et indiquer le trou de l’aiguille à celui qui s’est fait tout petit et qui s’est désencombré de ce qui l’encombre.

L’homme y est mis devant un inconditionné, l’amour qui s’offre d’une manière inattendue. Celui-ci ne s’enferme pas dans nos catégories. Il demande, pour devenir efficace, le total abandon de soi. Dieu est au-delà de toutes nos évidences, et doit être reçu pour Lui-même.

          « Mon Seigneur et mon Dieu » dit Thomas.

Et Jésus pourrait lui dire : « A travers ma chair devenue glorieuse, découvre la Puissance de l’Esprit.

Découvre-moi dans les Disciples que j’aime, dans l’Enseignement des Apôtres, dans la Communion Fraternelle, dans le Pain Rompu et la Prière.  

Ne te construis pas un monde à toi, avec ton idée sur Dieu. Accepte celui qui vient à toi. Reconnais-le tel qu’il est, non tel que tu le rêves.

Je Suis avec toi, mais pour t’entraîner ailleurs et au-delà.

Accepte de passer avec moi. Ne mets pas de limite à ma puissance. La Foi en ma Parole, brisant les limites des sens et de la raison, t’emmène dans un Nouveau Monde, celui où je suis dans le Père et où vous êtes en moi.

« Maintenant ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi ; car les paroles que tu m’as données, je les leur ai données et ils les ont accueillies et ils ont vraiment reconnu que je suis sorti d’auprès de toi » (Jn 17,7-8).

« Heureux donc ceux qui, sans avoir vu, ont cru ».

          « Je leur ai fait connaître ton Nom, et je le leur ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux et moi en eux » (Jn. 17,26).

La Foi qui ouvre, par la Lumière de la Parole, à la Vie qui est Amour.

          Bonne méditation.

Octave de Pâques – Vendredi 26 avril 2019 – Noëline Fournier, laïc

Vous pouvez nous envoyer vos demandes de grâces et intentions de prière en répondant dans l’espace de commentaires. Elles seront recueillies et portées en intention à la messe du weekend à la Cathédrale de Saint Denis. Nous vous invitons aussi à partager cette méditation avec vos amis.

1 Commentaire, RSS

  • Paulo

    dit le:
    mai 3, 2019 at 11:57

    Je veux approfondir au mieux ma foi

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*